Kugutsu no jutsu: l'art des marionnettes

Kugutsu no jutsu: l'art des marionnettes

 

Depuis le huitième tome de naruto, un nouveau type de ninjutsu fait sont apparition.
En effet, l’étonnante performance de Kankuro contre Misumi Tsurugi lors de la phase éliminatoire de la troisième épreuve de l’examen Chuunin nous révèle l’existence du Kugutsu no Jutsu ou l’art de manipuler les marionnettes. Cette autre façon de concevoir le combat reçèle un grand nombre de variantes, aussi est-il nécessaire de vous le faire mieux cerner.

 

 

 

 

 

Préambule
Le Kugutsu no jutsu est l’art de manipuler les marionnettes. Cet art est à l’origine créé par un certain Mozaemon.
C’est par ailleurs ce qu’Akasuna no Sasori nous révèle devant l’utilisation d’un des Jutsus de sa grand-mère, Chiyo-Baa.
A ce jour, les seuls manieurs de marionnettes que nous connaissons sont des ninjas du village caché de Suna, au pays du vent, et ils sont au nombre de trois : Sasori, Chiyo, et Kankuro.
Bien évidement, nous sommes dans l’attente de l’apparition de nouveaux Shinobis adepte de cette autre façon d’envisager le combat.
 

 

 

En quoi consiste les fils de chakra

Cet art ninja demande une maîtrise parfaite de son chakra afin de pouvoir contrôler les marionnettes et les mouvoir en tout sens. Pour se faire, il faut user du chakra et l’allonger jusqu’à création de fils pour  faire communiquer marionnettiste et marionnette (comme sur l’image ci-dessous):

* On peut voir distinctement les fils de chakra qui sont représentés ci-dessus de couleur bleu ciel.

Les ninjas qui maîtrisent le Kugutsu no Jutsu bougent chacun les doigts de manière spécifique pour que leur marionnette se meuvent de la façon désirée. En définitive, c’est en tirant un fil que l’on déplace telle partie du corps du pantin. Ce n’est pas beaucoup plus évolué comme concept que le traditionnel « Guignol  et les marionnettes » que nous allions voir à la kermès quand nous étions gosse. Dans Naruto, la seule différence est que le support sur lequel sont fixés les fils devient la main au lieu d’un cintre en bois. A un niveau plus élevé, l’adepte de la manipulation des marionnettes peut diriger des pantins par toutes les extrémités de son corps (genou, coude, épaules…) et mettre plusieurs fils de chakra sur le même doigt.
On s’imagine bien la complexité de pareilles pratiques, mais nous pouvons vous assurer que le rendement y est, à tel point qu’un marionnettiste n’utilise aucune autre arme que ses pantins, il est le généralement faible dans toutes autres pratiques classique du ninja.

A titre indicatif, les fils de chakra peuvent être employés aussi sur l’être humain. Ici Sakura est dirigée par la volonté et la perfection du Kugutsu de Chiyo-Baa sama (cf.: Tome 30, chapitre 266, page 04) :

En temps de combat, le marionnettiste peut recourir aux fils de chakra sur son ennemi sans passer par son pantin, en fixant le fil sur le corps de l’adversaire directement. Par exemple si Kankuro met son fil sur le pied de Naruto, il n’a qu’a tiré son doigt et Naruto chutera.
 
-Explication globale de ce qu’est une marionnette-

Bien évidement, les marionnettes dans Naruto n’ont pas grand-chose à voir avec « Guignol ». Elles sont composées d’un corps composite que l’on peut fragmenter en armes bien distinctes. Les marionnettes sont le plus souvent enduites de poison et une éraflure peut suffire pour un trépas assuré. La marionnette est donc une arme bourrée de pièges en tout genre et ces derniers sont les plus imprévisibles possibles. En Bref, c’est une sorte de robot insensible à n’importe qu’elle souffrance ou émotion humaine et qui se bat exclusivement selon la volonté de son possesseur.

 

Les variantes du Kugustu no Justu est ses applications sur le corps humain
Les Ninjas qui sont de très haut niveau dans le domaine du Kugutsu no Jutsu peuvent se transformer eux même partiellement ou quasi-intégralement en marionnette humaine, c’est le cas pour Chiyo-baa et Sasori.

* on peut voir le Sasori qui est presque intégralement une marionnette. Seul l’opercule situé sur son grand pectoral gauche est de chaire.

Enfin une dernière particularité que seul Sasori maîtrise pour le moment, c’est le fait de transformer un véritable être humain en une marionnette. Il l’a fait notament sur le troisième Kazekage. Une fois transformé en pantin, Sasori peut ainsi utiliser corps et jutsus du défunt.

Attention, pour tous ce qui concerne la transformation de son propre corps humain, ou de celui d’autrui quelque en soit les degrés, il s’agit de Kugutsu de très très haute volée.

Maintenant que vous avez compris cet art ninja dans sa globalité, nous allons étudier chacun des trois shinobi qui le pratique et les décortiquer un par un dans les moindres détails.
 

 

 

 

 

 

1) Qui est Kankuro ?

Kankuro fait sa première apparition dans l'aventure, à la page 136 du quatrième tome.
Son aspect esthétique en fait un personnage tout de suite intriguant surtout lorsque que l'on considère "l'étrange momie touffue" se trouvant dans son dos.
 

 

 

D'ailleurs le mystère autour de la nature ses Jutsus a probablement été entretenu par M.Kishimoto car ce n'est qu'au tome 8 que nous en savons d'avantage sur le sujet.
En effet le combat l'opposant « Misumi Tsurugi » lors de la phase éliminatoire de la troisième étape de l'examen Chunin nous mets face à l'évidence suivante : il s’agit bien de l'art de manipuler les marionnettes ou Kugutsu no Justsu. Kankuro est le shinobi qui nous révèle en premier l’existence de cette nouvelle façon d’envisager le combat.

 

 

2) le Kugustu de Kankuro et ses marionettes.
Dans Naruto, Kankuro est probablement le plus faible des marionnettistes malgré le fait qu’il soit le plus important dans l’histoire. Aussi il ne dirige ses pantins qu’avec les doigts.
Nous ne connaissons actuellement que trois marionnettes de Kankuro et visiblement ce sont les seules qu’il possède. 
La première est Karasu (Corbeau) (le pantin de base de notre petit shinobi de Suna) et il est entièrement voué à l'attaque. Je vous entends déjà dire « AH ! C’est donc ça ce qu’il appelle la « momie touffue ».

 Karasu peut être utilisé de plusieurs façons sans le fragmenter en petits morceaux:
- Il peut être métamorphosé afin d'obtenir l'apparence physique de Kankuro. Ainsi Kankuro se cache dans le dos du pantin et peut se permettre de lui faire encourir des risques en toute sûreté pour finalement jaillir et surprendre l'adversaire (cf.: poule éliminatoire de la 3eme épreuve de l’examen Chuunin). C'est à dire que Kankuro ne sort de sa cachette qu'en combat, le reste du temps nous ne voyons que Karasu.
- Il peut se saisir d'un ennemi et l'étreindre d'une force telle que broyer les os devient aisé.
- Il peut recourir à des techniques de jets qui offrent la possibilité de faire sortir de la bouche de la marionnette des kunaïs ou de faire surgir un nuage de fumée empoisonné par les bras par exemple (cf.: p 160 à 166 tome 14).
Ces quelques tours de passe-passe ne sont pourtant que l'aspect le plus grossier du Kugutsu de Kankuro avec Karasu.
Les membres du pantin peuvent  se séparer du tronc et fournir une série d'armes raffinées. Par exemple les bras peuvent devenir des lames complètement dirigées par les doigts du marionnettiste. Les chances de manquer une cible deviennent nulles... (cf.: p 160 à 166 tome 14).

L'autre marionnette de Kankuro se nomme Kuroari (fourmi noire), celle-ci est vouée à la capture.

 

 

 

Son concept se base sur un corps entièrement creux dans lequel un ennemi peut-être enfermé. Une fois au sein de cet effrayant pantin mécanique, l'adversaire se trouve probablement dans les derniers instants de sa vie.
En effet Kuroari ne se contente pas d’attraper un ennemi. Cette marionnette fonctionne en binôme avec Karasu. La « fourmi noire » reçoit alors dans ses flancs les bras du « corbeau » qui transpercent de toute part le captif.
Cet ultime Jutsu se nomme "Kurohigi kiki ippatsu" (ou « technique de la chambre noire » cf.: tome 24 p 118). C'est ainsi que Kankuro se débarrasse de Sakon et Ukon dans le tome 24.


Nous n'avons pas beaucoup de renseignements sur la troisième et dernière marionnette de Kankuro, du nom de Sanshouuo (salamandre) dans les tomes.
 Dans le manga la seule apparition de cette arme est brève (Nextgen tome 28 chapitre 250). Néanmoins, l'épisode 8 des animés de Naruto Shippuden nous renseigne d'avantage sur le sujet. En effet, il se trouve qu'en définitive Sanshouuo soit une sorte de bouclier pour Kankuro.
 


Ainsi, notre cher petit marionnettiste se place sur son pantin. Par la suite, ce dernier déploie des parties de son corps qui forment une grande carapace. Une fois à l'intérieur, la protection est totale. D'ailleurs Kankuro supporte un éboulement de pierre alors qu'il est dans Sanshouuo.
Mais, il est à noter que la marionnette a une faiblesse. Son bouclier se base surtout sur le mur frontal qu'elle déploie. Sasori trouve tout de suite comment détacher cette énorme plaque inbroyable ce qui rend les effets de Sanshouuo complètement caduques lors du combat.

Malgré tout, l'amélioration du Kugutsu de notre cher shinobi semble évidente dans le Next Gen. Il peut recourir aux trois marionnettes en même temps, ce qui lui offre des possibilités encore plus diverses et variées et donc une puissance encore plus conséquente. De plus Kankuro n’a pas besoin de trimballer ses marionnettes constamment. Il les scelle dans un parchemin et n’a qu’à les invoquer en combat, ce qui est beaucoup plus pratique en temps de déplacement.

 

(Ici de gauche a droite, karasu, sanshouuo et kuroari)
Malgré cette déconcertante puissance qui s’éveille dans ses mains, Kankuro est loin d’être passé maître en Kugutsu no Jutsu.

 

 

 

 

 

1) Préambule
Chiyo Baa sama est la grande sœur d’un dénommé Ebizou Sama. Etant d’un très grand âge ces deux personnages sont relégués  à un poste d’ancien de Suna no kuni. En gros, ils sont au placard.
Cependant, Sasori, le petit fils de Chiyo, a enlevé le Cinquième Kazekage (Gaara) en compagnie de Deidara.
C’est la raison pour laquelle la vénérable adepte du Kugutsu no Jutsu va sortir ses pantins et entrer dans le dernier combat de sa magistrale et tortueuse vie.
L’apparition des marionnettes de la vieille femme se limitant au combat contre son petit fils, nous ne pouvons nous attacher qu’aux tomes où l’affrontement à lieu (30 et  31).
La première remarque que nous pouvons apporter est que son Kugutsu no Jutsu est bien plus développé que celui du jeune Kankuro (eh oui, c’est la vieille école).
 Chiyo a même dirigé un groupe de recherche sur les marionnettes dont le but était de trouver comment donner vie aux pantins. C’est d’ailleurs au sein de cette unité qu’elle a acquis la capacité de redonner la vie à un cadavre en l’échange de son existence. Ce sort très pratique mais bien trop coûteux se nomme Tenseï ninjutusu (développer plus sortirait du sujet enfin bref Chiyo est aussi ninja médecin).
Pour illustrer sa puissance, nous pouvons signaler qu’elle peut déplacer un être humain avec ses fils (cf : utilisation de Sakura) et rendre en même temps ces derniers si fins qu’ils en deviennent invisibles à l’œil nu. Kankuro n’a jamais fait preuve d’une pareille maîtrise du chakra. En outre, vu son grand âge, l’expérience du combat de la vieille femme est incomparable.
Elle surpasse sans doute les plus grands génies sur ce point, offrant des stratégies lors d’affrontements à ses partenaires de Konoha. Ainsi explique-t-elle à Kakashi comment tenter de se débarrasser d’Itachi Uchiwa. Elle vainc même un membre d’Akatsuki (Akasuna no Sasori sama) à l’aide de Sakura, une simple Chuunin.

 

 

 

2) Les marionnettes de Chiyo-Baa

Au cours de son affrontement avec Sasori, la vénérable kunoïchi emploie 12 marionnettes quelle invoque par deux parchemin distincts.

-Les parents de Sasori.
Sasori fut élevé exclusivement par sa grand-mère, son père et sa mère étant décédés. Les deux marionnettes dont nous allons traiter ici sont en fait constituées des corps des défunts. L’utilisation que fait Chiyo des pseudos parents de son petit fils s’effectue exclusivement en binôme. Nous allons dresser un catalogue des façons par lesquelles ils sont employables.

La marionnettiste peut faire communiquer les paumes des deux pantins par un fil de chakra extrêmement coupant.
 

Les bras des pantins des parents de Sasori peuvent aussi être déployés de façon à former un bouclier de chakra. C’est une défense très efficace car elle assure une protection totale.

 

Cependant il semble que l’utilisation de ce bouclier est limitée, en effet Chiyo ne peut y recourir qu’une fois par marionnette face au Satetsu de la marionnette de Sasori (voir plus bas pour plus d’informations sur le Satetsu)
Hormis ces quelques artifices, les deux pantins peuvent être employés tels quels en tant que simple combattants diriger par les fils de Chiyo-Baa sama. La preuve en est qu’ils donnent le coup de grâce à Sasori à la fin du combat à l’aide de sabres.
 

 

 

-Les Dix Guerriers de Monzaemon.
L’invocation de ces marionnettes se nomme « Shiro-Higi, Jukki Chikamatsu no Shuu ». Chiyo est tout à fait apte à maîtriser 10 marionnettes à la fois ce qui est une prouesse technique incroyable par rapport à Kankuro. De plus ces dix pantins ont été crées par le fondateur du Kugutsu no Jutsu, nommé Monzaemon.
La puissance qui se dégage de cette combinaison de dix marionnettes  est telle que par le passé Chiyo a détruit un château entier en ne se servant que d’elles. Remplie d’effroi devant tant d’omnipotence, elle à déclarer elle-même ce Jutsu technique interdite.

 

 

Néanmoins, la nécessité de réutiliser cette technique devant un Sasori si fort est telle qu’elle sort le rouleau de l’endroit où il avait été scellé. Cette deuxième est dernière invocation de marionnette de la part de Chiyo dispose de nombreux attributs.
Déjà, en les utilisant sous leur état le plus simple, ces guerriers animés par les doigts de la vieille femme sont dotés d’une force magistrale. Ils font le poids à dix contre un dans le cadre de l’affrontement avec Sasori.
La combinaison de trois d’entre eux peut permettre la lancée du sort Sanbou Kyuukai, qui n’est autre que la projection d’une mini tornade ravageuse.

 

 

3) Autres caractéristiques du Kugustu de Chiyo-baa ama
Non seulement la vénérable ancienne de Suna maîtrise parfaitement la manipulation des marionnettes, mais elle est capable de transformer une partie de son corps en marionnette. C'est-à-dire quelle a transformer ses bras afin qu’ils puissent être déployé comme bouclier de chakra (pour explication de ce Jutsu défensif voir les « marionnettes parents de Sasori »).
En outre,  Chiyo réussi admirablement une  combinaison des techniques de sceau (Fuinjutsu) à son art. L’image expliquera mieux que les mots.

 

Ici Chiyo cloue Sasori (par le biais du bras de Sakura) au mur grâce à un sceau très semblable à une marionnette, ce qui en fait un « sceau de jet ».
Il est à noter que Kankuro semble bien faible quand on regarde jusqu’où porte le Kugutsu de Chiyo-Baa. Néanmoins, si elle a battu Sasori de justesse, c’est en grande partie aussi grâce à Sakura et l’on peut donc supposer que le plus grand marionnettiste n’est pas cette vieille femme mais son petit fils. (Plus de détails plus bas).

 

 

 

 

 

1) Préambule
Sasori fut élevé par Chiyo Baa, sa grand-mère, car il était orphelin (comme nous l’avons vu plus haut). Natif de Suna, il est pourtant vite devenu un ninja déserteur et n’a donc pas suivi l’honorable et vertueux Nindô de son aïeule, servant même l’organisation Akatsuki. Si j’aborde ce personnage en dernier c’est parce qu’il est probablement le plus difficile à cerner et que je vais du plus simple au plus complexe (et puis aussi je suis amoureux de lui optionnellement alors je garde le meilleur pour la fin xD). L’apparition de Sasori en combat ne se fait vraiment que durant son affrontement avec Sakura et  Chiyo Baa (tome 30 31) à la suite duquel il perdra la vie. Kishimoto a effectué une ellipse quand à l’affrontement Kankuro contre Sasori. Malgré son trépas, on peut sans trop s’avancer affirmer que c’est le plus grand marionnettiste à l’heure actuelle du monde de Naruto.
 

 

 

2) Première approche de ses pouvoirs et étendue de sa force :
Tout d’abord, il faut savoir que le créateur des marionnettes de Kankuro n’est autre que Sasori.
Il est aussi à signaler qu’il a été capable de vaincre le troisième Kazekage alors que ce dernier est considéré comme le plus fort de tous les chefs de Suna. 
Dans l’organisation Akatsuki, il a été le binôme d’Orochimaru qui n’était alors que son « subalterne » (je cite). Par la suite, dans Shippuuden (Next Gen), il est le compagnon de Deidara qui le craint et qui se soumet à la volonté de son sempaï.

Notons que Sasori a aussi la capacité de laisser dans le cerveau d’un être humain son empreinte. A tout moment il peut activer ce sceau est rendre la personne concerné complètement assujetie à ses désirs. C’est ainsi qu’il a réussi à pénétrer dans Suna sans se faire repérer par les autorités. En effet, le village est très bien gardé et il est impossible d’y entrer sans être vu. Sasori déclenche alors sa technique sur Yuura, un juunin éminent du village. Ce dernier trahi malgré lui ses compatriotes de Suna et les massacre dans le dos au profit d’Akatsuki. Sasori et Deidara entrent ainsi sans même engager le combat dans le village. Il est à noter que Kabuto aussi a reçu cette empreinte, néanmoins Orochimaru l’en a débarrassé.
 

 

 

Sasori est aussi le seul Ninja connu capable de transformer un être humain en marionnette. En outre, le pantin garde le chakra et les jutsus de l’homme de base.

 

Sasori repousse même les limites de son art au point de se transformer lui-même en marionnette. Par ce biais, il est complètement immortel, le temps n’a aucun effet sur lui. Il a donc dépassé les limites de la matérialité de l’homme de façon encore plus poussée qu’Orochimaru. Néanmoins, il est obligé de garder une partie de son corps qu’il cache dans un opercule sur sa poitrine sans quoi il ne pourrait malaxer de chakra. C’est son point faible et il est donc une marionnette incomplète, imparfaite. Le fait que le reste de son apparence soit entièrement mécanisée lui empêche de sentir la douleur et il est tout bonnement incapable d’éprouver une émotion humaine. Sasori est une pure machine.

 

 

3) Les marionnettes de Sasori
Sasori dispose de 288 marionnettes mais nous n’en verrons que 102 dans Naruto, réparties en trois jutsus. Nous développerons ici chacune de invocation et nous achèverons cette section « Marionnettes de Sasori » par la présentation des attributs du marionnettiste en lui-même.

D’hors et déjà je tiens à préciser que toutes les marionnettes de Sasori disposent d’un très puissant poison et en sont complètement enduites. La moindre égratignure, et c’est la mort. Même Chiyo-Baa, qui lui a pourtant tout enseignée, est incapable de créer l’antidote. Visiblement, même Sasori est dans l’incapacité de le constituer sans les proportions exactes de son mélange venimeux. Cependant, Sakura va réussir à le trouver grâce en l’enseignement quelle reçoit de la  Godaime Hokage Tsunade (le plus grand toubib connu à l’heure actuelle).
 

 

 

 

Hiruko est la marionnette de Sasori la plus usuelle. Vous voulez savoir pourquoi ? Et bien parce que le marionnettiste est toujours à l’intérieur de ce pantin, même hors des champs de bataille. C’est la raison pour laquelle même les membres de l’Akatsuki (sauf Deidara) n’ont jamais vu la véritable apparence de Sasori.
Hiruko est donc à la fois une défense avec sa carapace énorme sur son dos, mais aussi une arme offensive. Je vais vous décortiquer toutes les façons connues de l’employer.
La queue d’Hiruko est réputée inaltérable tant elle est solide. Ce pantin peut lancer avec sa bouche des rafales de senbons. Mais il peut aussi projeter son bras gauche (voir sur la photo). Les objets qui sont fixés sur les flancs de cette partie de son corps se détachent alors et se catapultent en tous sens. Ceci fait une sorte « d’effet grenade » :
 

 

 

- Kazekage le Troisième :
C’est la marionnette préférée de Sasori. Comme il est capable de transformer les êtres humains en marionnettes, Sasori à réemployer le corps du Sandaime de Suna afin de le convertir en simple pantin. En définitive, c’est un peu comme s’il pouvait recourir à l’aide du Kazekage lui-même car le pantin garde jutsus et chakra de l’être humain d’origine. (Pour en savoir plus voir paragraphe « premières approches de ses pouvoirs et étendue de sa force »)
Nous reviendrons sur les jutsus que Sasori peut lancer avec cette marionnette mais nous allons aborder en premier lieu les améliorations que le corps humain du plus illustre Kazekage de Suna a subies.
Le bras droit du Kazekage peut se prolonger et fournir de grandes lames puissantes,  du moins assez pour détruire la queue d’Hiruko (note 1 sur l’image suivante). Quand à son bras gauche, il peut s’ouvrir pour laisser apparaître deux parchemins incantatoires (note 2) desquels jaillit une trombe d’autres bras  (note3). Par la suite, ces mêmes bras peuvent jeter chacun un kunaï…
 

 

Le Sandaime peut aussi rejeter de son corps un flot de fumée empoisonnée. Une bouffée et c’est la mort.

Néanmoins, la grande force de cette marionnette ne réside pas dans ces quelques atouts qui ne la démarque pas vraiment des autres, mais dans le Kinton (art d’utiliser le métal).
Pour mieux vous faire comprendre, quand il était vivant,  ce Kazekage était capable de contrôler le sable comme Gaara. Cependant il avait quelque chose de plus que ce dernier, son chakra pouvait être converti en champ magnétique. Donc le sable de ce Kazekage était composé à 35 % de métal ce qui le rend plus puissant que celui de Gaara. En effet, le Kinton permet la création d’arme diverses et variées, de mur de protection impénétrable… On parle de « Satetsu » ou « sable de fer ». C’est  la technique la plus effroyable de Suna et elle se trouve dans les mains de Sasori qui peut en jouir comme bon lui semble. Et pour parfaire sa puisance, le Satetsu est complètement mélangé au poison surpuissant des autres marionnettes de Sasori. Voici quelques aperçus des techniques du Satetsu.
-Le « Satetsu Shigure » (à traduire par « crachin du sable de fer ») produit des boulettes de sable de métal qui sont projetée à toute vitesse sur l’ennemi. Voir note 1 sur l’image suivante
-Le « Satetsu Kaihou » (à traduire par « genèse du sable de fer ») consiste à la création d’un réseau de lame en sable de fer auxquelles rien ne peut échapper. Voir note 2 sur l’image.

 

 

Pour les deux représentations de gauche de cette image, il ne s’agit que d’une utilisation classique du Satetsu. On peut voir que le Kazekage peut se constituer des ailes et créer d’énormes masses de métal de toutes formes…

- Les 100 marionnettes :
Sasori a réussi à massacrer 100 guerriers d’un même pays et à les transformer tous en marionnettes. La véritable prouesse est qu’il peut diriger en même temps chaque individu de façon que tous les pantins se meuvent comme s’ils avaient une volonté propre. Pour résumer, c’est comme si Sasori invoquait cent guerriers qui se battent pour lui exclusivement jusqu’à la destruction. Malgré tout, leur puissance n’est pas effarante en un contre un. Le but est de submergé par le nombre et à l’heure actuelle seul Sasori est apte à diriger autant de marionnette ce qui fait de lui le marionnettiste par excellence.
 

 

Sasori lui-même.

Il est connu à ce jour deux occurrence de l’utilisation de Sasori par lui-même (et oui Sasori est une marionnette) l’une se passe durant son affrontement avec Kazekage le Troisième, dont il sortit vainqueur, et l’autre se déroule juste avant la fin de sa vie pendant son combat contre sa grand-mère Chiyo et Sakura.

 

Comme nous le voyons ici, la zone abdominal de son corps est remplit par une étrange corde qui se finit à son extrémité par une pointe solide en métal. Cette corde est entièrement contrôlée par le chakra de Sasori qui se trouve généré dans le sceau que vous pouvez voir sur son muscle pectoral gauche. Les deux grandes ailes de part et d’autre de la marionnette peuvent tourner à grande vitesse et couper efficacement du fait de leur force rotative.
 Sasori garde les parchemins dans lesquels sont scellés ses marionnettes dans son dos. En effet, ceux-ci se trouvent fixer dans une sorte « d’étagère » qui est en prolongement de sa colonne vertébrale.
Les techniques employées par Sasori en tant que marionnette sont peu nombreuses. Il est à noter qu’il recourt une fois à l’utilisation d’un sabre empoisonné par lequel il transpercera Sakura.
Chez Sasori les techniques de permutation sont des plus originales. Etant donné que son vrai corps n’est que le cylindre placé sur l’opercule de son muscle pectoral, il peut le transvaser d’une marionnette à l’autre sans risques.
En outre, il semble que toutes attaques de type Taijutsu sur la partie marionnette de son apparence n’aient aucun effet. Sasori peut se décomposé en plusieurs éléments pour se recomposer par la suite.
La véritable ironie avec ce pantin c’est qu’il est les bras et les jambes d’un marionnettiste qui à lui seul n’est pas plus inoffensif qu’une mouche. Le véritable Sasori n’est qu’un amas de chaire située dans une boite que l’on peut transporter aisément. On pourrait presque faire du foot en prenant Sasori pour ballon si il n’était pas dans une marionnette.

Sasori à pousser jusqu’au bout sa conception du Kugutsu no Jutsu, son art dans lequel il s’est donné corps et âme. Cette conception, nous pourrions la résumer par la phrase suivante qu’il a lui-même prononcée : « La puissance d’un marionnettiste ne se trouve que dans ses marionnettes. ».


CONCLUSION

Le Kugutsu no Jutsu est un art ninja de Suna no kuni exclusivement, que l’on ne peut comparer avec aucun autre dans le monde de Naruto. A priori, on peut penser l’utilisation de marionnettes en temps de combat sanguinaire et sans merci plutôt ridicule. Mais à posteriori, on ne peut lui refuser une grande qualité de part sa complexité. Les pantins offrent toute une pléthore de variables à combiner afin de parvenir à des adaptations infinies. Quant aux trois marionnettistes, nous pouvons voir qu’aucun d’entre eux ne semble avoir le même niveau, même si deux disparaissent bien vite à notre goût. En tout cas la marge de progression en matière de Kugutsu no Jutsus semble absolument illimitée, et c’est probablement Akasuna no Sasori qui s’est rapproché le plus de cet absolu.

En tout cas, Alexou et moi-même espérons avoir offert à ceux qui ont eu le courage de nous lire jusqu’au bout pour parfaire leurs connaissances sur le monde de Naruto l’envie de crier la phrase se rapprochant plus de la combinaison d’interjections simples mais jubilatoires suivante :

« KUGUTSU ? ENCORE ! »

 

 

par SkuLiozouka


.................................................................................................................
©2004-2015 Gaara-fr.com
Tous les personnages presentés ici sont la propriété de leur auteurs respectifs.

©Gaara France est enregistré à la CNIL sous le n°1106640